ECO-DELEGUE

COMMENT MOBILISER DES ÉCO-DÉLÉGUÉS DANS L'ÉTABLISSEMENT ?

CONTEXTE ET OBJECTIFS OPÉRATIONNELS

Comme évoqué précédemment, les éco-délégués d'un établissement scolaire sont un avantage pour la réussite de la démarche de développement durable.

Mobiliser l'ensemble des élèves est impossible car tous ne se sentent pas concernés, les éco-délégués sont les élèves volontaires qui ont envie de s'impliquer dans la démarche au service de leur établissement, mais ils n'est pas toujours facile de les mobiliser.

Il peut être utile de repérer des expériences réussies pour les reproduire selon les cas dans son établissement

Objectifs

  • Communiquer sur la démarche de développement durable de l'établissement ;

  • provoquer des envies auprès des élèves pour qu'ils se portent volontaires afin de devenir éco-délégués.

Objectifs pour l'élève

MODALITÉS DE MISE EN ŒUVRE

Quand on souhaite parler de développement durable avec des jeunes, le retour d'expérience des pédagogues montre que la partie n'est pas gagnée d'avance. Il faut en être conscient avant de commencer à mobiliser les élèves. Pour causes, les crises économiques, l'implantation solide de la société de consommation, les autres préoccupations liés à cette tranche d'âge...

Les difficultés

L'âge

L'intérêt des très jeunes pour le développement durable et les questions environnementales apparaît généralement très rapidement. Cet attrait des jeunes pour la nature s'exprime fortement au cours moyen et se prolonge généralement jusqu'en 5e ou 4e au collège. À partir de la 3e des collèges et au lycée, on peut noter un réel infléchissement de l'intérêt des élèves pour les questions sociales et environnementales, sauf dans des groupes, souvent restreints mais très motivés et doués d'une grande capacité d'initiative, capables d'organiser et d'animer des actions concrètes comme la coopération avec des pays en voie de développement.

L'organisation de l'enseignement

L'emploi du temps partagé entre enseignants rend plus difficile la possibilité de dégager du temps banalisé consacré aux disciplines associées au développement durable. Seule une implication transversale de plusieurs enseignants intégrant ce concept dans leur enseignement disciplinaire et la naissance de projets d'établissement peuvent transgresser les obstacles.

Les autres préoccupations des élèves

Obtention des diplômes, relations sentimentales, expérimentation de la liberté, contextes locaux, propositions liées au lieu d'implantation de l'établissement... sont des préoccupations qui attirent avant tous les élèves.

Les leviers de mobilisation
Identification

L'implication des adultes, en tant que modèles auxquels les jeunes aspirent à s'identifier semble déterminant pour provoquer l'engagement.

Regroupements par préoccupations communes

Il peut s'avérer utile de regrouper les jeunes par affinités, de différencier les approches par tranches d'âge (si les plus âgés sont à même de comprendre les grands enjeux environnementaux, les conséquences des pollutions... les plus jeunes sont plus sensibles à la beauté de la nature), ou encore selon les programmes d'enseignement qu'ils suivent.

Au sein d'une scolarité dans le même établissement, des relations peuvent se tisser entre individus, les amener à mieux se connaître et à se rassembler sur des préoccupations communes ce qui peut améliorer la cohésion du groupe.

Renouveler les approches

Le semaine banalisée destinée à faire connaissance autour d'activités extrascolaires, et tournant autour du développement durable, projets de classe ou d'établissement, propositions ludiques ou artistiques (arts plastiques, théâtre...) peuvent contribuer à mobiliser davantage les élèves.

Exemple de mobilisation auprès des délégués seconde

Cerner les comportements

Quels que soient les âges, chaque classe se partage généralement en trois catégories : les motivés qui participent fortement, les indifférents qui subissent et les rétifs qui sont imperméables voire hostiles. Des sujets comme le développement durable sont encore vecteurs de crispations idéologiques.

La tâche la plus ardue ne consiste pas à convaincre ceux qui sont déjà convaincus, mais les autres. Si certains jeunes sont très au fait de la « marche du monde », d'autres préfèrent discuter fringues ou nouveau portable, envisager leurs occupations pour le soir, le week-end ou les prochaines vacances, répétant souvent ainsi le comportement de leurs parents. La pierre d'achoppement du développement durable se trouve à ce niveau : savoir mobiliser chacun selon ses modes de fonctionnement.

Organiser le message

Il n'est pas possible pour les jeunes de recevoir un message et de se mettre en action aussitôt, le message doit donc être répété, argumenté, développé et sa compréhension doit être vérifiée régulièrement.

Présenter clairement les enjeux, les principes

Bien expliquer les raisons et les enjeux qui pèsent sur la planète afin de convaincre de l'utilité de ce nouveau mode de développement qu'est le développement durable. Pour autant, ne pas être alarmiste ou catastrophiste, les jeunes héritent d'une situation qu'ils n'ont pas eux-mêmes contribué à créer.

Lutter contre les idées reçues, les habitudes et les réticences au changement

Il ne faut pas hésiter à mettre les jeunes devant leurs contradictions, leur inertie face au changement, la fatuité de leurs comportements, sans hésiter à faire preuve d'une certaine dose d'humour, en désamorçant les idées reçues...

COMMENT ACCOMPAGNER ?

Il est utile de varier les approches, les supports et les outils. Une série d'exemples est proposée en annexe.

S'appuyer sur l'expertise de votre accompagnateur qui dispose d'outils facilitant la mobilisation. Mettre à contribution les enseignants pour faciliter l'information.

Les accompagner pour entretenir la motivation

Être les pionniers

Il est parfois utile de démontrer aux jeunes que par leur engagement, ils feront partie des premiers à s'être engagés pour faire changer les choses.

Montrer que c'est réaliste, que c'est possible

Il est indispensable de montrer des éléments concrets, de donner des exemples, surtout lorsque l'on manipule des éléments aussi conceptuels que le développement durable. Mais il est aussi très important de ne pas laisser s'installer un défaitisme qui intervient généralement très rapidement lorsque les jeunes constatent l'ampleur des enjeux et des comportements à faire évoluer. Il s'agit donc de convaincre que l'engagement de chacun compte pour changer significativement les choses. Pour ce faire, on peut utiliser des chiffres, des pourcentages, qui une fois multipliés par le nombre d'élèves ou de participants, démontrent l'utilité des gestes individuels.

Faire simple et analyser les difficultés

Il suffit parfois de résoudre un simple problème technique pour débloquer une situation.

Argumenter et détailler

Multiplier les exemples pour convaincre, montrer la multitude des actions qui peuvent être menées.

Encourager les propositions, les projets autonomes

Communiquer autour du projet, un point essentiel de la démarche

Pour mobiliser largement les acteurs autour du projet, la communication interne et externe au lycée doit s'effectuer tout au long de la démarche. Elle doit permettre aux acteurs d'être informés sur l'avancement du travail, sur les actions mises en œuvre et sur les résultats obtenus. La communication s'adresse en premier lieu aux acteurs de l'établissement mais aussi, sur certains points, à la communauté extrascolaire. Quelques étapes clés doivent faire l'objet d'une communication ciblée :

• le lancement de la démarche pour mobiliser les acteurs (en particulier pour former un groupe projet) ;

• la présentation des résultats de l'enquête ;

• la présentation du programme d'actions.

Comme les domaines thématiques, la communication peut être planifiée et faire l'objet d'un programme d'actions. La communication peut être assurée par le groupe projet. Toutefois d'autres structures telles que le CVL ou le conseil des délégués sont peut-être plus adaptées pour cette tâche. Ainsi, à côté des groupes thématiques « environnement », on peut imaginer la création d'un groupe « communication ».

Pour que la communication concernant la démarche soit facilement identifiable, il est conseillé de choisir un visuel. Vous pouvez créer votre propre visuel (en cours d'arts plastiques par exemple) ou reprendre un visuel déjà existant.

Comment s'adresser aux adultes ?

Dans un établissement en démarche de développement durable, il est essentiel que les jeunes constatent que l'effort est partagé, que les adultes « donnent l'exemple ».

On retrouve, chez les adultes, les mêmes clivages sociologiques que chez les jeunes, avec le poids des habitudes en plus et des réticences à se remettre en cause au fur à mesure qu'ils avancent en âge.

On trouve heureusement beaucoup de gens ouverts et prêts à de nouveaux apprentissages pour peu qu'on leur explique précisément les enjeux et la portée des modifications de leur comportement.

PrécédentPrécédentSuivantSuivant
AccueilAccueilImprimerImprimer Académie de Caen, région Basse-Normandie, CRDP de Basse-Normandie Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)